Vendredi 13 novembre 2009

Collection éthique BĀ FARO pour ZINS: Le Pull en fibre de lait.

Collection éthique BĀ FARO pour ZINS: Le Pull en fibre de lait.

La fibre de lait est un matériau totalement écologique et naturel obtenu par extraction puis polymérisation des protéines contenues dans le lait qui se présentent alors sous forme de fibres que l’on enroule comme des pelotes de laine.

Bien plus qu’un vêtement 100% biologique, le pull BĀ FARO pour ZINS en fibre de lait, dernier né de leur collection éthique, présente de nombreux avantages. Son extrême douceur, ses propriétés hydratantes et antibactériennes procurent un très grand confort à celui qui le porte. Mais il a aussi une espérance de vie particulièrement longue puisqu’il conserve ses qualités, son aspect, sa couleur et sa forme même après de nombreux lavages.

Et pour garantir toutes ces qualités les pulls sont délicatement enveloppés dans des polybags en fibre de maïs dont la propriété première est de stopper les rayons susceptibles d’altérer le vêtement.

Les pulls en fibre de lait BĀ FARO pour ZINS ont ainsi obtenu la certification Max Havelaar.

Share/Partagez!
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • Print
  • Add to favorites
Catégories : Créateurs Ethical Trade Place Matériaux Mode

Commentaires

  1. Publié par Paul | 23 septembre 2013 08:51

    Bonjour,
    La fibre de lait éthique? C’est une plaisanterie?! Quand on sait ce que coûte environnementalement parlant la production de lait, on peut se poser des questions. A qui profite cette « invention »? Aux producteurs de lait, je suppose. C’est le type même de la fausse bonne idée, tout comme les agro-carburants de première génération. On a déjà d’autres fibres naturelles hypo-allergéniques comme le coton ou la soie, fallait-il ajouter cette aberration?

  2. Publié par Axel | 23 septembre 2013 09:20

    Bonjour,
    Quel intérêt? N’existe-t-il pas assez de fibres naturelles obtenues directement par la photosynthèse? Doit-on à l’heure où on se demande comment nourrir la planète, nourrir un animal qu’il produise avec un rendement exécrable des protéines qu’une industrie transformera en fibre… Ça me semble un non sens… Jusqu’où ira-t-on pour sauver l’industrie laitière?
    Axel

Laisser une réponse